[Interview] Le point avec Vladimir Soloch sur la saison à venir


Une nouvelle saison débute pour la section sénior garçon de Villeneuve. L’occasion de s’entretenir avec le coach de l’équipe, Vladimir Soloch.

1. La saison précédente fut positive, l’équipe première échoue à une marche de la finale, en étant devant à la mi-temps, contre le futur champion, la B remporte le titre, quels sont les points positifs que tu aimerais voir se transposer pour ce nouveau championnat ? A l’inverse, quels sont les points importants à travailler ?

Oui, la saison dernière fut très belle ! Je félicite tous les joueurs qui y ont contribué. Ces résultats sont le fruit de leur travail, de leur motivation et engagement ! Cette saison semble repartir sur les mêmes bases, avec du travail et de la bonne humeur, de l’humilité et un grand esprit de compétition : c’est ce que je voudrai voir toute la saison ! Quant à nos faiblesses, elles ont été l’an dernier la gestion des temps forts et un certain manque de concrétisation (comme en deuxième mi-temps contre Amiens dans la demi retour).

2. Le staff a évolué pendant l’intersaison, Luc s’arrête, il faut saluer le travail qu’il a effectué pendant toutes ces années. Dans l’autre sens, Adrien Prévosto et Cédrick Lafraise rejoignent l’encadrement, peux-tu nous les présenter ? Que peuvent-ils apporter au groupe ?

En effet, on peut tirer notre chapeau à Luc qui a entraîné le groupe à mes côtés pendant 4 saisons intenses : c’est lui qui est à l’origine de beaucoup de transformations dans la façon de s’entraîner et d’aborder la compétition. Adrien, qui nous a rejoints la saison dernière en tant que joueur mais a dû arrêter malheureusement en cours de saison suite à une blessure au genou, a connu entres autres la Fédérale 2 avec Lannemezan. En tant que joueur, il a fait beaucoup de bien à notre pack : il était leader sur le terrain. Son charisme et son expérience au cœur de la mêlée lui permettent d’être légitime et vont nous apporter beaucoup. Quant à Cédrick, il était capitaine de la réserve il y a encore deux saisons, et c’est un « historique » du club, qui a longtemps joué en équipe première (il fut capitaine). Sa volonté de transmettre son expérience est un atout supplémentaire pour nos avants et nos joueurs en général.

3. De nombreux retours et nouvelles arrivées viennent renforcer le groupe. Peux-tu faire une revue d’effectif vis-à-vis des départs et des arrivées ? Comment garder en continuité par rapport au groupe de l’année dernière, tout en intégrant les nouveaux ?

Du groupe première de la saison dernière, nous ne perdons qu’un joueur, Loan (Malec), qui retourne à Armentières. C’est un véritable atout de conserver ce super groupe, et qu’en plus il soit renforcé par des arrivées de jeunes joueurs prometteurs comme Denis Mazeau (originaire de Larressore Inthalatz dans le Pays Basque) et expérimentés comme Maxime Franquart (F2, OMR), Alex Cousin (F2, OMR) ou Victor Provo (LRC, ayant joué au LMR et à Arras), sans compter les retours de Serge Ducorney (F2, Marcq) ou Loïc Lagache dit « Wilko » (arrêt sur blessure).

4. Pour cette nouvelle saison, le club bénéficie d’un Club House flambant neuf. Les séniors vont aussi rejouer sur le terrain d’honneur. Penses-tu que ces éléments peuvent donner un élan supplémentaire à la saison villeneuvoise ?

La ville a doté le club d’une infrastructure exceptionnelle ! Ce nouveau club house va sans doute attirer plus de supporters le dimanche. Notre terrain de match ne sera plus le terrain d’entraînement. C’est également un confort pour les joueurs. Mais la plupart d’entre eux viennent avant tout pour l’aventure humaine et sportive.

5. Pour la deuxième année d’affilée, le groupe bénéficie du travail d’« Ann K » (Anne-Caroline Gobert) en tant que préparateur physique à l’entraînement et en salle de musculation, à quel point cela s’est ressenti la saison dernière sur les performances du groupe ? Cela semble être une pratique qui s’est généralisée pour les clubs de haut de tableau du championnat.

Evidemment, ce n’est pas une surprise : le travail physique est indispensable pour être performant sur le terrain. Non seulement nous bénéficions dans le staff d’une préparatrice physique et mentale de haut niveau mais surtout, les joueurs adhèrent et en redemandent ! Notre défense, qui était vraiment intraitable en fin de saison dernière, n’aurait pas pu être aussi performante sans des joueurs prêts physiquement et mentalement à gagner leurs duels et à se replacer rapidement.

6. Cette année, de nouvelles règles, notamment relatives au placage sont instaurées. Comment s’y adapter, mais surtout quels enjeux supplémentaire ces modifications apportent-elles ? Quels risques cela peut-il engendrer sur la qualité du jeu de l’équipe, mais aussi du match en général, et comment s’y préparer ?

La connaissance du nouveau règlement est primordiale. Il impose aux joueurs de grands efforts dans leur gestion des duels défensifs. Pour ma part, j’ai toujours préféré et prôné des placages bas suivis d’un contre-ruck pour récupérer le ballon. Quant aux répercussions sur notre jeu offensif, cela ne peut que nous favoriser dans la continuité du jeu. Après, la grande incertitude reste sur l’adaptation des joueurs en conditions de match, et la façon dont les arbitres vont réussir à gérer autant de nouveautés.

7. La poule va être une nouvelle fois très serrée cette année, avec les adversaires qu’on connaît bien mais aussi la descente d’Armentières. Quels objectifs fixes-tu pour le groupe ? Quel est ton favori en équipe première et réserve pour remporter le titre ? Que penses-tu du calendrier qui fait la part belle aux matchs hivernaux ?

La poule est d’un niveau encore plus relevé que les autres saisons ! C’est bien pour le rugby des Hauts-de-France. Aucun match ne sera facile. Je ne vais pas cacher que l’objectif du club est de retrouver la Fédérale 3 dès que possible. Le niveau de notre équipe féminine, de nos jeunes, notre nouvelle infrastructure, les finances saines et le niveau de notre équipe seniors sont autant de signes positifs ! Le plus dur reste à accomplir. En toute humilité, notre objectif est d’abord de se qualifier pour les play-offs. Et après, ce sont les joueurs qui décideront de la suite, car au final, tout dépend d’eux et seulement d’eux ! Quant aux favoris, il est bien sûr trop tôt pour se prononcer !

8. Cela fait maintenant un mois que les entrainements ont repris, à ce moment de la saison, as-tu déjà des intuitions sur la manière dont l’équipe va se comporter sur le terrain ? À quel point le match de reprise influence ton coaching pour la suite de la saison ?

Je sais que l’équipe est pressée de retrouver le terrain et de vivre de belles choses ensemble, et que les joueurs feront tout ce qu’il faut pour ! Le match de reprise est un déplacement périlleux chez un adversaire coriace qui a fait une excellente fin de saison dernière. Mais il y a tellement de paramètres à prendre en compte dans ce début de saison, notamment s’habituer aux nouvelles règles, que ce match n’est pas une fin en soi. Il marquera le début d’une nouvelle aventure. La manière sera importante. Je sais que les joueurs seront combattifs et ambitieux dans le jeu, ensuite, il y aura évidemment de nombreux réglages à effectuer.

9. Des repas mensuels sont désormais instaurés dans la vie du groupe, cela répond-il à un besoin des joueurs de se retrouver plus souvent ? Le groupe semble-t-il bien vivre en dehors du terrain ? Le stage de présaison a encore une fois été un évènement marquant avant le début du championnat. Quel bilan en fais-tu ?

Le stage a été exceptionnel. Près de 50 joueurs ont vécu ensemble pendant 2 jours, ont fait du rugby, du sport, ont déconné. C’est une belle rampe de lancement de la saison. Un vrai groupe existe, et se voit beaucoup en dehors du club, mais comme il est difficile de réunir tous les joueurs (nous avons 80 joueurs dans le groupe), ces repas du vendredi, chaque mois, dans notre nouveau club, seront une belle opportunité de renforcer la cohésion.

10. A titre personnel, c’est ta 5e saison sous le maillot villeneuvois. C’est aussi la 3e année d’un cycle de reconstruction. Comment te sens-tu par rapport à l’équipe et au club, maintenant que tu connais bien tes joueurs et les infrastructures ?C’est un véritable atout de connaître la majorité de ses joueurs, leurs points forts et leurs faiblesses, leur façon d’aborder les entraînements et les matchs. Au sein du club, je suis entouré d’un staff sportif et administratif qui fait un boulot exceptionnel et met tout en œuvre pour qu’on réussisse et que les joueurs s’épanouissent. Maintenant, nous ne sommes plus dans la reconstruction et j’espère que nous serons efficaces dès dimanche et toute la saison pour porter au plus haut les couleurs du club !

Interview réalisée par Louis Goolen, Théo Plagnol et Louis-Amphon Upravan.