Saison inachevée mais historique : le LMRCV accède à la Fédérale 3 !


C’est officiel, le LMRCV accède à l’échelon supérieur, la Fédérale 3 pour la saison 2020-2021 !
L’occasion de revenir sur ce très beau parcours qui vient récompenser le travail d’un groupe, d’une équipe, d’un club, tout au long de la saison.

Un grand merci à tous ceux qui ont rendu cette aventure possible !

Marie Anne KUne saison sans fin.

Sans « la » fin, si intense et si belle à vivre, que tout le club attendait à l’issue de cette saison magnifique. L’annonce de la FFR du 27 mars dernier, de mettre fin à toutes ses compétitions et de ne décerner aucun titre de champion pour cette saison a ressemblé à un terrible coup de poing reçu en pleine figure pour tous les licenciés de la grande famille du LMRCV.

Pour nos seniors, comme pour toutes les sections, c’est une aventure humaine et sportive riche qui s’arrêtait net, en cours de chemin. Marie Vamour, vice-présidente du club en charge des cadets/juniors/seniors, a elle aussi été sonnée. Sa réaction immédiate a été également remplie d’inquiétude. Elle se confie ainsi en ces termes : « Au-delà d’une immense déception pour nos deux équipes pour lesquelles la fin de saison s’arrêtait prématurément et l’annulation des phases finales qui auraient été l’aboutissement du travail de toute notre saison, j’ai craint pour notre « montée ». Beaucoup de rumeurs et d’hypothèses circulaient et je pensais que ce serait peut-être l’anéantissement du boulot et de l’investissement de nos gars, des coachs, des bénévoles et des dirigeants. ».

Geoffrey Brément, le président du LMRCV, fier de son équipe seniors !

Un groupe et une saison de dingue !

En effet, la déception aurait été immense si la FFR avait décidé d’une « année blanche ». Tous les efforts, toutes les victoires, tout le travail réalisé dans l’ombre, aurait alors été vain. Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas vu des seniors du LMRCV aussi besogneux, solidaires, ambitieux et talentueux. Un groupe qui a accumulé les victoires, en restant toujours humble et en gardant le cap de son objectif : se préparer pour les phases finales et les gagner ! 13 victoires et un match nul, 22 points d’avance sur le deuxième pour l’équipe première. Un autre « carton plein » pour l’équipe réserve, appelée chez nous « 1 bis » de part l’étendue de ses talents, entraînée par le duo Yannick Mylle et Cédrick Lafraise, avec 14 victoires dont 10 bonus offensifs et 25 points d’avance sur le dauphin ! Un bilan impressionnant. Les deux équipes voulaient tant remporter les deux boucliers ! Mais la crise sanitaire en a décidé autrement : pas de demies, pas de finale donc, mais tout de même une récompense pour la brillante saison réalisée : l’accession de Fédérale 3, vingt ans après la première montée. Le président Geoffrey Brément qui a vécu la première montée en tant que joueur, s’est alors senti « comme un gosse qui vient d’avoir un jouet qu’il réclamait à sa mère depuis dix ans » ! C’est que le parcours a été long et laborieux. Suite à la création du Lille Métropole Rugby dans les années 2000, l’équipe masculine du LMRCV avait disparu et a été refondée, quelques années plus tard, en 4e série.

 

LMRCV ARMENTIERE AVANTS

Les avants du LMRCV toujours au combat !

 

L’équipe réserve a également joué un rôle crucial pour conserver ce niveau toute la saison.       

Une équipe au niveau toute la saison.

Un « soulagement ».

Tel est le mot employé par Marie Vamour pour nous faire part de sa réaction à l’annonce de la décision de la FFR. « Même si cette montée en Fédérale 3 ne s’est pas jouée lors des finales, poursuit-elle, et que notre adversaire potentiel aurait pu être à notre place, nos gars n’ont « volé » cette montée à personne. Ils ont largement dominé le championnat et nos deux équipes terminent premières à l’issue du championnat territorial. Ils méritent sans conteste cette accession en Fédérale 3. La triste situation actuelle a amené la FFR à prendre des décisions. Ne « boudons » pas plaisir… Savourons notre Victoire, nous nous y attelons depuis plusieurs années. Le travail des coachs et des joueurs a payé ! ».

L’occasion de célébrer, après le confinement.


Des réjouissances à venir.

Difficile pourtant de se réjouir vu les circonstances du confinement, de la maladie et de la mortalité qui touchent la France. Il n’y aura pas la liesse espérée à la fin d’un match à suspense. Il n’y aura pas les embrassades, les chants des supporters et les hématomes. Mais il y aura quand même, au bout du compte, la satisfaction du travail accompli, d’être arrivé, malgré tout, à réaliser un objectif du club qui était devenu l’objectif d’un groupe tout entier. Il y aura les souvenirs de cette saison parfaite, des liens unissant les joueurs entre eux et, au-delà, au club et à son staff. Ainsi les rendez-vous dominicaux manquent-ils à tout le monde.

Marie se confie alors sur « ses » joueurs qui sont un peu comme ses enfants : « Il n’y a pas un jour où je ne pense à eux. Je me refais tout le film de notre saison. Ils savent à quel point je suis fière d’eux, de leur parcours, de leur engagement sur et en dehors du terrain. Cela fait maintenant 38 ans que je suis sur les « bords de terrain » (souvent) comme dirigeante et je n’ai sincèrement jamais vu un tel état d’esprit au sein d’un groupe ! (Tant pis pour l’autre club par lequel je suis passée 😉 (rires)). Nos gars le prouvent encore pendant cette période difficile pour tous, font preuve de solidarité et gardent le moral. Ils me manquent… vous me manquez : les colères de Vlad parce que je ne sais pas où sont les ballons, les « je vous Salue Marie », les « Marie » j’ai craqué mon short, les « t’as pas retrouvé une chaussette ; il manque du strap ; c’est quoi ce bordel dans le local ; si je te donne mes papiers ce soir, tu peux faire ma licence pour demain matin… ». J’ai hâte de les revoir, de faire une grosse fiesta, une méga bringue avec tous ! ».

Adrien Prevosto, de joueur à coach des avants.

Adrien Prevosto, de joueur à coach des avants.

Un nouveau défi.

Car demain, ou après-demain, une fois que la vie aura repris ses droits, que le rugby pourra de nouveau être pratiqué et vécu avec une telle générosité comme c’est le cas au LMRCV, c’est bien en Fédérale 3 que le « Vert et Bleu » évolueront ! Bien sûr, il faudra fêter la montée. Peut-être que les cœurs seront alors plus disposés à la fête à ce moment-là. Adrien Prévosto, l’un des coachs du trio entraînant l’équipe première avec Romain Lebrun et Vladimir Soloch, martèle ainsi à ses joueurs qu’il s’agit « d’un titre obtenu au contrôle continu, mention très bien ! » pour essayer de les réconforter face à leur déception de ne pas avoir joué et vécu « leurs » phases finales. Ni d’ailleurs d’avoir obtenu de titre de champion malgré une saison incroyable.

Mais ils ont réussi, grâce à leur première place, à obtenir le seul ticket d’accession aux compétitions fédérales prévu en début de saison pour la Ligue Hauts-de-France ! Ce groupe qui n’a pas pu vivre sa fin de saison haletante se donne déjà rendez-vous dans l’échelon supérieur, pour continuer à vivre ensemble une belle aventure et des émotions fortes. Avec leur préparatrice physique Anne-Caroline Gobert, il est certain que les gars vont s’y préparer dur. Du côté de l’équipe dirigeante, un gros travail avait déjà été effectué pour anticiper une éventuelle accession et tout semble en ordre de bataille, comme le confie Marie Vamour : « La montée, c’est une volonté du club et des dirigeants qui est inscrite dans le projet global du club depuis plusieurs années. Alors OUI le club est prêt ! Nous l’attendions, nous l’espérions. La saison dernière nous y avons cru, mais cela aurait été prématuré. Cette année, nous sommes prêts à tous les niveaux : sportif, encadrement, les nouvelles installations, l’homologation du terrain. Le budget a été soigneusement établi (merci Olivier « Brutus »). Nous savons que certains partenaires privés seront impactés par la crise actuelle sans précédent, et nous devrons peut-être affiner ce budget. Par ailleurs, la FFR apportera un soutien financier aux clubs pour palier en partie à cette perte de subventions privées mais nous n’aurions pas pris d’engagement sans pouvoir les tenir. ».

 

Le staff s’est étoffé au fil des saisons pour pousser l’équipe à son meilleur niveau !

Maxence Authier en action face à Calais.

Rendez-vous en septembre!

A la déception de cette fin de saison prématurée naît déjà l’enthousiasme d’une saison prochaine riche à un niveau supérieur. La joie de fouler le stade Emmanuel Théry, début septembre, en troisième division fédérale, se lira sur les visages de tous les joueurs et supporters, au premier rang desquels se trouvera une petite silhouette au grand cœur : Marie. Avec très certainement dans les parages Véro, « Mumu », Gaëlle, Michèle, sans oublier les incontournables Hélène et Léonce, elle sera en tant que bénévole de première ligne sur le bord du terrain, avec des yeux remplis d’amour et d’admiration pour « ses » joueurs.

Je partage le bonheur de cette montée avec l’ensemble des 500 acteurs de notre club, conclue-t-elle : avec l’équipe des « filles » bénévoles qui « nourrissent » nos gars et tiennent le bar avec constance et bonne humeur, avec les membres élus, tous les bénévoles qui travaillent souvent dans l’ombre, avec tous les licenciés de notre club et bien sur nos joueurs, les coachs, le staff, pour leur enthousiasme, leur loyauté, leur humilité, leur respect mutuel, leur courage. Je remercie notre président, Geoff, pour la confiance qu’il m’accorde. Bravo les gars ! Vivement qu’on se retrouve… C’est parti pour une belle et nouvelle aventure ! ».

 

 

Une équipe performante et soudée jusqu’à la fin !

Les joueurs, le staff et les dirigeants remercient toutes les personnes qui ont permis cette magnifique saison : Supporters, bénévoles et tous ceux qui ont pris part à l’aventure.

 

Tous ont hâte de se retrouver à l’issue du confinement pour travailler dur et préparer cette nouvelle saison qui s’annonce comme un challenge d’une tout autre envergure !

 

Go LMRCV !

 

En attendant, prenez soin de vous et vos proches !

A très bientôt au Stade Emmanuel Théry pour cette nouvelle aventure !

 

Article rédigé et propos recueillis par Vladimir Soloch.